Sélectionner une page
Rating: 5.0. From 4 votes.
Please wait...
Dernière modification le : 27 juin 2017
Régis BRYMAN

Régis BRYMAN

Business Development Manager at SFR Business - Auteur du livre « Boostez votre épargne avec le Crowdlending »

Tombé dans la potion finance quand j’étais petit, pas si petit, mais disons à l’époque de mes années lycées, je m’intéresse depuis à tout ce qui touche à la finance et plus spécifiquement aux finances personnelles. Quel que soit le canal de distribution, je décortique et je cherche à comprendre tous les mécanismes et rouages des offres et solutions qui sont proposées au particulier que je suis. En 20 ans, j’ai donc pu expérimenter différents types de placements dans de nombreux domaines. L’évolution de l’environnement économique ces dernières années m’a conduit à être de plus en plus audacieux pour tenter de faire s’entendre deux composantes à priori incompatibles le rendement et la sécurité.

Lendix

C’est donc avec cette idée de trouver de nouveaux placements dits « rentables » que je suis arrivé, un peu par hasard, sur le Crowdfunding et surtout sur son sous segment le Crowdlending. C’est surtout la promesse faite par les plates-formes d’offrir des niveaux de rémunération très élevés que j’ai voulu expérimenter et challenger.

Disposant désormais d’un certain recul après avoir investi sur 18 mois dans plus de 300 projets pour une somme globale d’un peu plus de 20K€ en Crowdlending entreprise j’ai pu en tirer un certain nombre d’enseignements que je propose de partager aujourd’hui. Je vous propose un graphique pour illustrer la diversité de mon expérience compte tenu des différentes plateformes que j’ai pu tester.

strategie crowdlending plateformes

En effet, si les plateformes redoublent de vigilance pour assurer le maximum de sécurité à leurs investisseurs et si celle-ci s’améliore avec le temps, elle reste à mon avis insuffisante. Ainsi pour limiter les risques, j’ai décidé d’être plus incisif et de combiner un certain nombre d’astuces. Pour être honnête, je n’ai pas trouvé à proprement parlé de stratégie universelle car si elle existait, je pense que chacun l’utiliserait. En réalité, j’ai donc cherché à mettre en œuvre une combinaison de différentes règles qui appliquées en fonction des circonstances ferait baisser de façon drastique mes risques de défauts. De façon effective, il m’a été impossible de tout appliquer simultanément. J’ai donc en fonction de ma propre évaluation, au cas par cas, appliqué mes règles prudentielles de gestion en fonction de ma propre perception du risque.

Pour justifier cette approche, j’ai ajouté ci-dessous un graphique très simple récapitulant mon propre expérience en la matière. Il s’agit de la répartition des causes sur tous les projets pour lesquels j’ai rencontré un incident : retard de paiement ou de défaut, ainsi que leur occurrence statistique sur la base de ces 300 investissements réalisés à date.

strategie crowdlending defauts

Découlant de ces 4 constatations, j’ai donc mis en œuvre un plan reposant sur plusieurs axes prudentiels.

Stratégie Crowdlending : J’évite les sociétés qui reposent sur un homme clé

Le risque de « l’homme clé » est celui qui est lié au dirigeant de l’entreprise. Celui-ci est d’autant plus important que le dirigeant est également le fondateur et surtout la personne sur laquelle tout le savoir-faire de l’entreprise repose. Plus l’entreprise est dépendante de l’action personnelle du dirigeant plus le risque est important en cas d’évènement de santé imprévu ou pire encore en cas de décès. Je préfère donc les entreprises avec plusieurs associés et de préférence dans la force de l’âge. Plusieurs de mes défauts temporaires sont liés à des problèmes de ce type. Dans deux cas, le dirigeant a dû procéder à la vente de l’entreprise pour des questions de santé sans possibilité de reprise par un tiers. Pour trois autres cas, il s’agissait de problèmes de disponibilité du dirigeant qui n’avait pas changé ses ordres de virements au moment de son changement de banque. Dans un autre cas, le compte n’était pas approvisionné et le dirigeant parti loin à l’étranger n’était pas joignable pour faire le nécessaire. Tous ces éléments ont donc bloqué pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois le remboursement de mes créances. A ce jour deux créances ne sont pas encore réglées.

Je regarde la cohérence du parcours des membres de l’équipe de direction et leur réputation

Régis BRYMAN : 'Une société familiale qui disposerait d’un savoir-faire de père en fils est selon moi moins risquée que tout autre entreprise'Click to Tweet

Au-delà du niveau d’étude des dirigeants, ce qui est le plus déterminant est surtout de mon point de vu l’adéquation de leur parcours personnel et professionnel qui les a conduits à intégrer l’entreprise, à la diriger ou encore à lancer le projet à financer. En effet, plus cet élément sera cohérent plus le risque m’apparaît comme faible. Par exemple, une société familiale qui disposerait d’un savoir-faire de père en fils est selon moi moins risquée que tout autre entreprise, car les dirigeants estiment avoir une responsabilité personnelle à faire perdurer l’œuvre des générations précédentes. Dans le même esprit, j’ai pu réaliser des enquêtes d’e-réputation de façon simple et rapide sur des moteurs de recherche  ce qui m’a permis d’obtenir beaucoup d’information. En effet, internet a beaucoup de mémoire. Ainsi, si l’un des dirigeants a été impliqué par le passé dans une malversation ou dans des affaires peux claires, pas forcément dans le cadre de la même société, il me semble qu’en principe c’est assez aisé d’en trouver trace quelque part.

Lendix

Je suis prudent avec entreprises dépendantes d’un marché ou d’un client

Tout le monde connait cette célèbre règle de Pareto qui consiste à dire que dans toute entreprise, 80% du CA est généré par 20% des clients. C’est effectivement très souvent le cas et dans tous les domaines. Mais quand par hasard je suis en situation de rencontrer une entreprise avec des ratios plutôt de l’ordre de 5% des clients générant 95% du CA, alors je me montre extrêmement prudents. La perte de contrat fait partie de la vie classique des affaires et ce même si la relation commerciale est installée depuis fort longtemps. Il suffit du changement d’un interlocuteur chez le client pour qu’une relation commerciale établie depuis de longues années disparaisse en un clin d’œil. A ce jour, j’ai rencontré trois fois cette situation. Dans un cas, l’entreprise a été en redressement judiciaire et les paiements sont à ce jour bloqués. Dans les deux autres cas, après des mois, les entreprises n’ayant pas réussi à retrouver un client équivalent pour compenser leur perte de revenu ont finalement dû se résoudre à déposer le bilan. Je suis donc particulièrement attentif au paramètre dépendance à un client ou à quelques clients.

Je suis vigilant avec les entreprises dépendantes de l’état ou des collectivités locales

Dans l’inconscient collectif on a souvent tendance à dire qu’une entreprise qui travaille avec le secteur public est en sécurité. Cette vérité apparente est désormais totalement caduque selon ma propre analyse. Pourquoi ? Tout simplement parce que tendanciellement l’Etat et toutes les collectivités locales sont engagés dans une cure d’austérité sans précédent après des années de dépenses fastueuses. Si l’entreprise emprunteuse est très dépendante de l’état ou des collectivités pour son activité, elle aura tendance à subir une forte pression sur les prix (et donc sur sa marge) car ce critère de pondération est de plus en plus important dans les appels d’offres. Si le produit ou le service proposé n’est pas crucial pour le donneur d’ordre, le renouvellement des contrats pourra être remis en cause ou les volumes diminués. Dernier point, et c’est le risque le plus important sans doute dans une approche court terme, ce sont les délais de paiement qui sont toujours très longs avec l’état ou les collectivités. Ils ont même tendance à s’allonger encore ces derniers temps. Si l’entreprise emprunteuse dispose d’une trésorerie et d’un fond de roulement faible, elle aura tendance à subir de plein fouet ces délais au-delà du raisonnable avec un risque très fort de défaut. J’ai actuellement une société dans cette situation aujourd’hui.

J’analyse scrupuleusement les éléments clés du compte de l’entreprise

Avant de prêter de l’argent à une entreprise, il m’apparait comme plus que raisonnable de regarder ses comptes. Dès le début, disposant de connaissances financières, j’ai su assez rapidement quoi analyser mais cela a surtout été l’interprétation des éléments recueillis qui a été plus difficile à appréhender. En effet, les entreprise en situation de financement par le biais du Crowdlending sont en situation particulière, et les éléments financiers sont très souvent perturbés par cette situation. Il a donc été nécessaire de me fixer quelques règles personnelles discriminantes. Avec le temps, elles ont été de plus en plus évidentes. Autrement dit, je me suis fixé certains critères personnels d’éligibilité qui, s’ils n’étaient pas remplis, faisaient que je n’investissaient pas. Je vous donne quelques exemples :

  • Les sociétés structurellement en perte même avec un business plan à faire rêver.
  • Les sociétés dont les exercices sont en dents de scie, parfois bons parfois mauvais.
  • Les sociétés avec des trésoreries négatives ou d’énormes BFR rapportés à leur activité.
  • Les projets qui n’apportent pas immédiatement de la valeur à la société comme la rénovation d’un local, le changement de meubles ou de postes informatiques.
  • Les sociétés qui supportent déjà de lourdes charges financières comme un important crédit bancaire par exemple. Je ne veux pas que mon prêt serve en réalité à rembourser un autre crédit.

 J’évite de prêter plusieurs fois à la même société

D’une certaine façon, le Crowdlending est un accès facile au crédit pour les entreprises emprunteuses. C’est même l’un de ses principaux avantages. En poussant un peu le trait, certaines d’entre elles pourraient être tentées de devenir dépendantes en multipliant à la fois le nombre de prêts ou de plates-formes utilisées pour souscrire ces prêts. Parmi elles, certaines en sont déjà à leur 3ème voir 4ème prêt. De façon préventive, je me suis fixé une règle assez simple : ne jamais prêter plusieurs fois à une même société sauf dans deux cas. Le premier cas est celui dans lequel, depuis le dernier prêt, la situation financière de l’entreprise s’est considérablement améliorée. Le second cas est celui dans lequel le précédent prêt se termine de façon presque concomitante avec le démarrage du nouveau. J’évite ainsi de subir une sur exposition à une entreprise en particulier qui n’est pas très utile.

Lendix

Je suis attentif aux sociétés à croissance très rapide

Régis BRYMAN : 'Je suis très vigilant sur les délais de paiement de l’entreprise par ses clients'Click to Tweet

Quand certaines sociétés sont en croissance très rapide et non maîtrisée, par exemple plus de 50% de croissance par an, il y a un fort risque que le BFR ne soit pas suffisant. C’est en particulier vrai quand celles-ci sont très capitalistiques avec par exemple l’achat de stock important associé à des paiements de créances clients lointaines. Ce peut être également le cas quand le projet concerne l’embauche rapide de nouveaux collaborateurs qui ne seront pas rentables immédiatement. Je fais donc attention car même en cas de forte croissance, la société peut être victime de son succès et se retrouver en cessation de paiement. Je suis donc aussi très vigilant aux délais de paiement de l’entreprise par ses clients (créances clients dans le bilan).

Je m’intéresse aux enjeux liés à l’emprunt réalisé

Les entreprises qui sollicitent un financement via le Crowdlending sont par essence des entreprises qui ne sont pas en situation normale, sinon elles se débrouilleraient toutes seules sans faire appel à des financements extérieurs. Je suis donc attentif aux différentes situations qui peuvent justifier le recours au Crowdlending, j’ai pu, pour ma part, les répertorier en 5 différentes catégories :

L’amélioration de la productivité

  • L’acquisition d’un logiciel bureautique ou spécifique métier ou matériels divers.
  • L’achat d’une nouvelle machine pour la production.
  • Le déménagement pour un local plus grand, travaux dans le local existant.

 Le développement de CA

  • L’ouverture d’un nouveau point de vente.
  • L’embauche de nouveaux collaborateurs.
  • Une campagne de communication, le développement d’un site web.

Le rachat d’un fonds de commerce 

  • Le repreneur dispose d’un nouveau projet qui va redynamiser l’activité future de l’entreprise.

Un investissement en Recherche et Développement 

  • L’entreprise va développer un savoir-faire nouveau qui lui sera spécifique.

Compenser une trésorerie faible 

  • Le financement d’un stock de marchandise en période de forte croissance de CA par exemple.
  • Une saisonnalité forte de l’activité de l’entreprise (exemple activité liée au tourisme).
  • Le financement d’une trésorerie suite au gain de contrats qui obligent à faire des avances de fonds.

Pour des raisons d’efficacité rapide de mon investissement, j’essaye de mon concentrer sur les cas 1 et 2 et évite le plus possible le cas 5. Attention, la tendance récente de certaines platesformes est de justement proposer essentiellement des projets correspondant à ce cas-là. Pour moi, ce n’est pas l’idéologie première du Crowdlending, je les évite donc au maximum sauf si mon feeling me dit l’inverse compte tenu des autres éléments de décision à ma disposition.

Il existe bien d’autres règles prudentielles que j’applique dans mon quotidien et dont je pourrais parler mais j’ai choisi aujourd’hui de n’évoquer que celles qui correspondaient aux cas de défauts/retards que j’avais pu rencontrer de façon effective. Toutes ces règles me semblent assez cohérentes dans un parcours d’analyse. Il appartient ensuite à chacun de se faire ses propres analyses et expériences pour les mettre en conformité avec ce qu’il estime être juste pour lui.

Pensant que mon expérience du Crowdlending pourrait servir au plus grand nombre j’ai donc écrit un livre retraçant mon travail de réflexion et d’analyse ainsi que toutes les connaissances que j’ai pu acquérir.

Article de Régis BRYMAN : Auteur du livre « Boostez votre épargne avec le Crowdlending » disponible en exclusivité sur Amazon.

En ce moment certaines plateformes offrent des bonus lors de votre inscription. Profitez-en !

20€ Offerts pour 200€ prêtés

Lendix annuaire Crowdfunding

Je m'inscris

30€ Offerts pour 200€ prêtés

WeshareBonds annuaire Crowdfunding

Je m'inscris

20 € offerts avec le code P15032

Credit.fr annuaire crowdfunding

Je m'inscris

20€ Offerts pour 200€ prêtés

Pretup annuaire Crowdfunding

Je m'inscris

30€ offerts pour 300€ prêtés

Lendopolis annuaire crowdfunding

Je m'inscris

20 € offerts pour 100 € prêtés

Les entreprêteurs Annuaire CrowdFunding

Je m'inscris

30 € offerts pour 250 € prêtés

Bolden annuaire crowdfunding

Je m'inscris
Rating: 5.0. From 4 votes.
Please wait...
Gagner de l'argent avec Argent et Salaire

Newsletter A&$

Inscrivez vous pour recevoir les dernières news 

Vous êtes à présent abonné à la Newsletter

61 Partages
Tweetez2
Partagez6
Partagez53
+1