(Last Updated On: 12 janvier 2017)
Interview de Fabien Michel Fondateur et CEO de Pretup
5 (100%) 1 vote

Interview Fabien Michel Pretup

La semaine dernière Grégoire Wallaert de Tributille répondait aux questions d’A&$. Aujourd’hui c’est au tour de Fabien Michel  CEO et Fondateur de Pretup de se prêter au jeu des questions réponses pour nous faire partager sa vision du Crowdlending.

Dans mon objectif de diversification des plateformes de financement participatifs dans lesquels j’investi, j’ai rejoins la plateforme Pretup en juin dernier en investissant dans 4 projets. Par la suite j’ai investi sur 4 autres projets et pense étendre mes investissements dans cette plateforme dont les rendements sont assez surprenant.

Lors de mon enquête sur le baromètre des taux pratiqués par les différentes plateformes de financement participatif, Pretup s’était démarqué des autres plateformes par non seulement des taux d’intérêt parmi les plus élevés mais également par des durées d’investissement beaucoup plus courtes que la majorité des autres plateformes. Le Graal pour tout investisseur !

Je ne pouvais donc pas rester sans réponse. Quelles recettes pour arriver à de telles performances? Direction le Chat de Pretup vendredi dernier pour demander une interview de Fabien Michel. Demande acceptée dans l’heure et belle disponibilité de l’intéressé qui n’attendra pas la semaine suivante pour répondre aux questions.

A&$ : Quand Pretup a t’il été lancé ? Comment est venue l’idée ?

Fabien Michel : Le projet PretUp a été initié fin 2013. Diplômé d’une école d’ingénieur, j’ai travaillé pendant 10 années d’expériences comme directeur de projet dans les systèmes d’informations de directions financières en banque (BNP Paribas, Renault Banque..). En 2012 J’ai participé au lancement de la première start-up de finance alternative sur Paris : cette structure s’appelait Isodev et nous proposions à l’époque du prêt aux entreprises en collectant des fonds auprès des assureurs. Je m’occupais du système d’informations financier et du fonds de refinancement auprès des assureurs. Grâce à cette expérience enrichissante dans une structure entrepreneuriale, j’ai réfléchi à un autre modèle de prêt qui utiliserait la nouvelle réglementation du financement participatif, afin de proposer aux entreprises cette nouvelle forme de crédit en ligne. Grâce à une rencontre avec le dirigeant de la société Partners Finances (leader en France du courtage en rachat de crédits) ,le projet s’est concrétisé sur Nancy en novembre 2014 au sein du Groupe et nous avons ouvert commercialement en mai 2015.

A&$ : Pretup s’est lancé sur un marché à la fois très jeune mais dans lequel on trouve déjà de nombreux acteurs. Qu’est ce qui différencie Pretup des autres plateformes?

Fabien Michel : Nous nous différencions des autres acteurs par cet adossement à la société Partners Finances (qui existe depuis 1996 / 28M€ de chiffre d’affaires et 300 collaborateurs). Nous ne sommes pas dans une course à la levée de fonds comme une start-up, qui recherche absolument la croissance de la production pour viser la prochaine levée de fonds (avec un risque de dégradation de la qualité des dossiers financés).
Nous avons préféré sur 2015 construire une plateforme technologique performante tout en finançant nos premiers dossiers. Notre production s’est ainsi accélérée sur 2016 pour atteindre les 1,3M€ de production à septembre. Notre nombre de dossiers financés par mois est équivalent aujourd’hui aux autres plateformes de prêts, le montant moyen des prêts tournant autour de 25/30K€.

A&$ : Quel bilan tirez-vous de vos premières années?

Fabien Michel : Nous avons financé plus de 80 projets à aujourd’hui avec une croissance raisonnable de notre production. Nous travaillons avec des partenaires de renom (réseaux d’expertise comptable, conseils financiers..) qui nous permettent de présenter des nouveaux dossiers à un rythme régulier. Nous continuons à être très à l’écoute de nos investisseurs pour leur fournir le meilleur service clients.

A&$ : Quelle est selon vous la taille critique en terme de volume de chiffre d’affaire et de projet qu’il faut atteindre pour qu’une plateforme comme la vôtre deviennent rentable?

Fabien Michel : Je lis régulièrement dans la presse que l’atteinte d’une production de 100M€ est nécessaire pour que la plateforme puisse être au point mort. Je pense que ce seuil dépend principalement de la structure de coûts de la plateforme (masse salariale, charges de fonctionnement, investissement marketing..). Le nerf de la guerre reste par ailleurs la trésorerie de la plateforme : est ce que la plateforme a les capitaux propres suffisants pour couvrir les investissements nécessaires au financement des premières années d’activité ?
Il faudra nécessairement atteindre une production de plusieurs dizaines millions de production, pour que la plateforme soit viable. Mais des différences apparaitront en fonction de la stratégie de chaque acteur (pays visé, montant moyen, type d’entreprises ciblées, actionnaires..)

A&$ : Vous êtes vous fixé un objectif de délai pour atteindre cette taille critique? Se fera t’elle par la consolidation du marché qui a déjà un peu commencé avec le rachat de Finsquare par Lendix?

Fabien Michel : Nous avons prévu d’augmenter au fil des mois notre production tout en maîtrisant notre croissance. Je ne pense pas que d’autres rachats se feront à court terme : un rachat entraîne pour l’acquéreur du temps d’intégration technique, une reprise de l’encours : ce n’est pas forcément intéressant.

A&$ : Quelles sont actuellement vos priorités?

Fabien Michel : Nous faciliterons le versement des fonds sur nos comptes PretUp en proposant le mode de paiement « prélèvement » à nos prêteurs. Un système simple d’investissement automatique sera également mis en place avant la fin d’année 2016.
Notre site étant « responsive », nous n’avons pas pris la décision de développer des applications mobiles Os et Apple pour investir sur PretUp. En 2017, nous verrons si nous sommes dans un stade de maturité suffisant pour intégrer des investisseurs institutionnels sur la plateforme.

A&$ : La hantise des plateformes de prêt participatif c’est bien évidement les défauts de remboursement… Toutes les plateformes concentrent donc leurs efforts pour sélectionner les meilleurs projets et j’imagine que c’est le cas de Pretup. Faut t’il malgré tout s’y préparer? Pretup sait t’il à l’avance comment il va gérer un tel cas si celui-ci devait malheureusement se produire ?

Fabien Michel : La gestion du risque reste notre principal sujet : nous avons mis en place un scoring propriétaire pour permettre d’effectuer une première analyse des demandes de financement : l’intervention d’un analyste a pour objectif de bien appréhender la situation financière à l’instant t de l’entreprise (niveau d’endettement, solvabilité..). Une plateforme de prêts ne doit pas se préoccuper uniquement de l’octroi des prêts mais également de la vie des dossiers. Un travail important est à faire au niveau du remboursement des échéances : pour ce faire, nous travaillons avec une société de recouvrement, avocats, huissiers pour bien gérer le recouvrement amiable et judiciaire des dossiers.
Nous savons que nous aurons du défaut sur certains prêts et c’est normal : mais le risque doit être maîtrisé pour que les investisseurs prêteurs touchent un rendement net de défaut qui reste attractif vis-à-vis des autres placements financiers.

A&$ : On voit des plateformes type Prexem proposer des fonds de protection. Est-ce une bonne idée selon vous? Faut t’il aller vers plus de protection des prêteurs? Cela ne se fera t’il pas au détriment des taux d’intérêt?

Fabien Michel : Nous sommes la seule plateforme à avoir mis en place une assurance (gratuite pour les prêteurs) pour couvrir le risque de décès / invalidité du chef d’entreprise (sur 100% du capital prêté) ainsi que sur le risque de défaillance de l’entreprise financée (50% du capital prêté sur une durée de 18 mois avec une franchise de 6 mois). Cette assurance n’est pas optimale mais elle a le mérite de protéger nos investisseurs d’une partie du risque.
Tous nos dossiers financés sur 2016 sont couverts par cette assurance : cela montre les efforts que nous mettons en place pour protéger nos investisseurs. Il faut rappeler que cela entraine un surcout pour le chef d’entreprise (si nous visions uniquement l’encaissement de commissions à l’octroi, il aurait été plus simple de supprimer cette assurance pour vendre plus facilement ce crédit aux entreprises).
Nous avons également souhaité rester dans le cadre réglementaire du financement participatif : le plafond imposé par le Régulateur était une très bonne chose. Cela pousse les prêteurs à diversifier leur investissement.

A&$ : Bientôt les élections. Y a t’il une législation à faire évoluer dans le domaine du financement participatif?

Fabien Michel : Oui, notre priorité au sein de l’Association Financement Participatif France est la fiscalité actuelle de ce placement, qui est trop élevé pour nos investisseurs particuliers. Nous espérons réussir à démontrer qu’une fiscalité plus attractive faciliterait le fléchage de l’épargne dans l’économie réelle.

A&$ : Lors de notre dernier baromètre des taux Pretup apparaissait comme la plateforme qui propose les meilleurs taux. Comment arrivez-vous à obtenir 2 points de plus en moyenne que des plateformes type Lendix ou Unilend?

Fabien Michel : Effectivement nous avons un taux moyen qui est un des plus performants. Nous avons tenu compte de la fiscalité appliquée sur ce type de placement pour proposer aux prêteurs un taux brut supérieur à 8%. Tant que nous aurons cette même fiscalité, nous efforcerons de proposer des projets dont le taux s’approche des 8%.

A&$ : Comment arrive t’on à obtenir des taux aussi élevés sur des projets que vous sélectionnez j’imagine avec des critères très strictes dans un contexte où les taux n’ont jamais été aussi bas? Cela semble au final très paradoxal?

Fabien Michel : Nous proposons aux chefs d’entreprise une solution de financement pour laquelle nous donnons une réponse d’éligibilité sous 48h : nous collectons des montants de 40000€ en 2-3 jours. Le prix de 8% est le prix à payer pour obtenir ce type de prêt sans garantie ni caution. Cela permet aux dirigeants de saisir des opportunités d’affaires et d’investir dans des nouveaux outils de production.

A&$ : Dans l’un de ses derniers articles A&S notait une pénurie de projet due à une augmentation plus forte du nombre de prêteurs que du nombre de projets. Quelle est votre vision sur le sujet?

Fabien Michel : Les plateformes sont confrontées à deux points structurants :
– Proposer des projets de qualité afin qu’il n’y a pas d’augmentation des défauts sur les projets
– Arriver à proposer régulièrement des projets pour que les prêteurs puissent investir

Certaines plateformes ont Effectivement un nombre important de prêteurs. Dans le cas où la plateforme propose peu de projets (les prêteurs prêtent en moyenne 200€ par projet), les fonds sont rapidement collectés sans que tout le monde ai pu prêter (une certaine pénurie apparaît). Sur Unilend, cela a entrainé une forte baisse des taux (ils ont remis dernièrement des seuils de taux pour limiter cet effet et remonter le taux moyen).

Pour obtenir un flux régulier de dossiers, cela nécessite un travail important pour développer des partenariats/de la communication afin de se faire connaitre auprès des chefs d’entreprise. Il est compliqué pour une plateforme d’embaucher de nombreux commerciaux, car le modèle économique d’une plateforme est basée sur des marges réduites.

Sur PretUp, nous avons l’avantage d’avoir des synergies opérationnelles avec notre maison mère Partners Finances : nous avons ainsi une force commerciale terrain nous remontant des demandes de financement.

A&$ : D’autres choses que vous souhaiteriez partager avec nos lecteurs ?

Fabien Michel : Quelques éléments de production :
+3700 investisseurs particuliers
1,4M€ de projets financés
81 projets financés
Fonctionnement uniquement sous la réglementation du financement participatif avec le seuil par projet à 2000€
Assurance Gan-Groupama sur l’ensemble des prêts proposés pour couvrir le risque de défaillance

Nous sommes ouverts pour échanger avec les lecteurs souhaitant avoir plus d’informations sur ce type d’investissements. Nous souhaitons que les investisseurs soient acteurs dans le développement de PretUp.

A&$ : Merci à vous Fabien Michel ! Bon développement à Pretup ! On refait le point dans un an?

PRETUP propose un bonus parrainage de 20€ pour 200€ prêtés. Si vous souhaitez en profiter, l’Inscription se fait ici.

Nos dernières Interviews :

Interview Mowgli FRERE – Fondateur d’immocratie

Interview de Mowgli FRERE – Fondateur d’IMMOCRATIE. Il nous livre sa vision du Crowdfunding et des perspectives futures d’IMMOCRATIE

Interview Jean CARVAJAL – CEO INVESTBOOK

Interview de Jean CARVAJAL – CEO et Fondateur INVESTBOOK. Il nous livre sa vision du Crowdfunding et des perspectives futures d’INVESTBOOK

Interview Jean-Baptiste VAYLEUX – DG LYMO

Interview de Jean-Baptiste VAYLEUX – DG et Co-Fondateur LYMO. Il nous livre sa vision du Crowdfunding et des perspectives futures de LYMO

Bonus 20€ pour 200€ prêté sur Lendix

Interview Grégoire LINDER – CEO RAIZERS France

Interview de Grégoire LINDER – CEO RAIZERS France. Il nous livre sa vision du Crowdfunding et des perspectives futures de RAIZERS

Vidéo : Financer son stock via le financement participatif : L’exemple Trade Stock

Si le prêt IN FINE est un standard dans le monde du CrowdFunding immobilier, il est assez rare qu’il soit utilisé dans le cadre du financement des entreprises. Le prêt IN FINE n’est t’il dans certains cas pas plus adapté aux besoins des entreprises?

Interview Denis Granger, Fondateur de Myflexoffice, emprunteur sur LES ENTREPRÊTEURS

Denis GRANGER, Fondateur de MyFlexOffice partage son expérience d’emprunteur sur la plateforme LES ENTREPRÊTEURS. Découvrez les coulisses du projet.

Interview Nicolas Lesur, fondateur et président d’Unilend

Interview de Nicolas Lesur de la plateforme UNILEND. Il nous livre sa vision du Crowdfunding et des perspectives futurs d’UNILEND

Interview François Fromaget – Co-Fondateur & CEO AgriLend

Interview de François Fromaget de la plateforme AgriLend. Il nous livre sa vision du Crowdfunding et des perspectives futurs d’AgriLend

Interview Jérémie Benmoussa – Co-fondateur & CEO FUNDIMMO

Interview de Jérémie Benmoussa de la plateforme FUNDIMMO. Il nous livre sa vision du Crowdfunding et des perspectives futurs de FUNDIMMO

Interview de Nicolas Pereira – Fondateur & CEO SOLYLEND

Interview de Nicolas Pereira de la plateforme SOLYLEND. Il nous livre sa vision du Crowdfunding et des perspectives futurs de SOLYLEND

Bonus 20€ pour 100€ prêté sur Credit.fr

En savoir plus sur les plateformes de crowdfunding

Annuaire du Crowdfunding : Toutes les informations sur PRETUP

 

Crowdfunding : Le Baromètre des taux : Quels sont les meilleurs plateformes sur lesquels investir?

Test de la plateforme Lendix

Comparatif Lendix et Unilend dans cet article. Une occasion de faire un nouveau point sur les plateformes de financement participatif.

Gagner de l'argent avec Argent et Salaire

Newsletter A&$

INSCRIVEZ-VOUS pour recevoir les dernières news 

En BONUS : Plus de 400€ d'avantages sur les meilleures plateforrmes

Vous êtes à présent abonné à la Newsletter - Un mail de confirmation va vous être envoyé