L’UFC-Que Choisir demande au gendarme bancaire d’agir

Home Forums Forum Projet CrowdFunding en défaut L’UFC-Que Choisir demande au gendarme bancaire d’agir

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #17698
    Sylvain
    Participant

    Va falloir que les plateformes commencent à faire attentions à leur niveau de défaut…. Ci-joint un communiqué sur le site cbanque :

     

    Quelques semaines après la cessation d’activité d’Unilend, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir alerte les particuliers sur l’importance des défauts de remboursement. L’association demande au régulateur du secteur, l’ACPR, de « sanctionner les manquements persistants ».
    Les « sept principales plateformes » (1) de prêts participatifs examinées par l’UFC-Que Choisir affichent en octobre 2018 un taux de défaut moyen de 9,5% ! « Près d’une entreprise financée sur dix ne rembourse plus ses échéances », ou a minima tarde à les rembourser, comme le souligne l’association dans un communiqué publié ce lundi.

    Ce constat vaut notamment pour Unilend : la plateforme qui vient de mettre la clé sous la porte affiche un taux de défaut en nombre d’entreprises de 11,41% sur l’ensemble de sa période d’activité (2013-2018). Mais ce constat est d’autant plus criant pour Lendopolis, plateforme du groupe KissKissBankBank, qui appartient à La Banque Postale : le taux de défaillance en nombre d’entreprises atteint 18,3% (8,62% en montant prêté), comme le relève l’UFC. Ces statistiques d’impayés ont décollé depuis la précédente étude menée par l’association en février 2017. L’importance de ces défauts rognent évidemment la rentabilité de l’investissement en prêts participatifs.
    <h2>Bientôt un encadrement européen du crowdfunding</h2>
    L’UFC-Que Choisir profite de l’examen d’un projet d’encadrement du financement participatif au Parlement européen pour alerter sur ces « dérives persistantes ». L’association demande d’une part aux parlementaires européens un encadrement plus strict de la commercialisation de ces investissements en crowdlending, et d’autre part aux « pouvoirs publics français de légiférer » pour « obliger les plateformes à fournir une information pertinente et impartiale » sur les rendements effectivement servis. Sur ce point, le groupement représentant la plupart des plateformes Financement participatif France a mis en place des indicateurs de performance communs, qui permettent une comparaison avant impôt basé sur le « taux de rendement interne ».

    Enfin, l’UFC-Que Choisir demande à l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le régulateur en charge de ces plateformes, « de contrôler les plateformes et de sanctionner les manquements persistants ». En février dernier, l’ACPR a déjà rappelé aux plateformes de prêts (2) leurs obligations concernant la transparence sur les défaillances des entreprises emprunteuses, l’AMF ayant en parallèle étendu ces obligations aux plateformes de crowdlending dont elle a la charge.

    50 € offerts pour 200 € prêtés avec le code AS19
    #17700
    Patrick Setzekorn
    Maître des clés

    L’UFC semble s’acharner sur LENDOPOLIS, mais attention comme indiqué dans l’article sur les défauts de LENDOPOLIS, c’est l’une des plateformes qui actuellement offre les meilleurs rendements de notre portefeuille suite à une très nette amélioration dans le processus de sélection des projets. La quasi totalité des projets en défaut sont des projets antérieurs à 2017. Important de bien interpréter les chiffres….

    Pour rappel notre portefeuille c’est 75 projets depuis 2016.

    Prêteur sur 2249 Projets via 25 Plateformes October, Bienprêter, Raizers, Homunity, Clubfunding, Koregraf, Pretup, Credit.fr, Lendopolis, Enerfip, Wiseed, Les Entreprêteurs, Wesharebonds, Miimosa, Lendoshpère, Unilend, Weeximmo, Fundimmo, Agrilend, Solyllend, Lymo, Ulule, Prexem, Bolden, Tributile

    #44429
    Serge B
    Participant

    Au vu de la progression des incidents dans l’immobilier où on commence à avoir un peu de recul , et compte-tenu de l’absence totale de transparence des PF sur leurs statistiques globales, je pense que l’AMF va finir par bouger, à moins pour exiger plus de reporting et mieux qualifier les incidents.

    L’idéal serait qu’elle exige un minimum de conditions des projets (en matière de fonds propres et de sûretés) pour être présentés au public. Mais ne rêvons pas.

    #44430
    enr
    Participant

    L’AMF ne pourra qu’enjoindre les plateformes à publier les statistiques et autres informations.

    C’est aux emprunteurs de faire eux-même la sélection des projets, c’est trop facile de crier au loup après qu’un emprunteur fasse défaut en ne finançant même pas 20% des fonds propres et en bâtissant un projet s’appuyant sur des prix de vente à 17000 EUR le m² (même dans le quartier latin).

    Si tous les emprunteurs boycottent les projets pour lesquels l’auto-financement n’est pas de 40 ou 50% au moins et qui permettent à l’emprunteur de faire x10 ou même x20 en passant juste un coup de peinture, le crowd immobilier sera bien assaini…

     

    #44432
    PSCL
    Participant

    Entièrement d’accord. J’ai été effaré par les questions posées durant un webinar Homunity. La plupart des réponses sont dans le dossier d’investissement.

    Après les plateformes se doivent de proposer des dossiers de qualité.

    On verra l’effet COVID en 2022 et on pourra en tirer des leçons. Ce sera la 1re crise financière du crowdfunding.

    Super que l’Europe essaye de structurer le marché.

    50 € offerts pour 200 € prêtés avec le code AS19
    #44449
    Serge B
    Participant

    Bien d’accord avec vous deux.
    Ceci dit lorsque il s’agit de notices réglementées , l’AMF est très scrupuleuse sur la qualification du risque et la qualité de l’information. Quand je vois les prets des plateformes qualifies de « fonds propres » sur les documents d’information je bondis ! Oui , pour les Banques ce sont effectivement de quasi fonds propres puisque la dette (pour simplifier) est subordonnée à la leur. Pour nous, c’est de la dette à court-moyen terme.

    Un investisseur averti le sait. Quid des autres ? Nous sommes dans de l’investissement grand public tout de même.

    #44450
    Patrick Setzekorn
    Maître des clés

    et compte-tenu de l’absence totale de transparence des PF sur leurs statistiques globales

    Bonsoir Serge, à part Wiseed dont les mises à jour de leurs indicateurs de performances sont un peu aléatoires, il semble que la plupart des plateformes dans l’immobilier semblent à peu près à jours dans leurs indicateurs. Pour ma part, j’ai pu noter une grosse évolution quand on est passé des indicateurs FPF V1 aux indicateurs V2. Alors qu’avant quasi aucune plateforme n’affichait de retard (taux de défaut nul), à présent elles affichent leur taux de retards de plus de 180 jours ainsi que leurs pertes + de nombreux autres indicateurs. Personnellement je ne connais pas beaucoup d’autres secteurs aussi concurrentiels qui donnent autant d’informations sur leurs indicateurs.  Du coup au sein de mon baromètre des défauts, on peut enfin avoir une vision beaucoup plus précises des retards.

    Prêteur sur 2249 Projets via 25 Plateformes October, Bienprêter, Raizers, Homunity, Clubfunding, Koregraf, Pretup, Credit.fr, Lendopolis, Enerfip, Wiseed, Les Entreprêteurs, Wesharebonds, Miimosa, Lendoshpère, Unilend, Weeximmo, Fundimmo, Agrilend, Solyllend, Lymo, Ulule, Prexem, Bolden, Tributile

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer
Email