Différence entre emprunt obligataire et emprunt bancaire

Home Forums Forum Divers Crowdfunding Différence entre emprunt obligataire et emprunt bancaire

  • Ce sujet contient 5 réponses, 3 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Onihylis, le il y a 8 mois.
6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #34452
    op
    Participant

    Bonjour,

    Si quelqu’un qui en sait plus que moi en comptabilité / finance (donc n’importe qui) peut m’aider, je me demande pourquoi une entreprise qui émet un emprunt obligataire compte l’argent obtenu dans ses fonds propres, alors qu’un emprunt bancaire est une dette. Qu’est-ce qui justifie cette différence, en termes aussi simples que possible ?

    Merci d’avance.

    50 € offerts pour 200 € prêtés avec le code AS19
    #34498
    enr
    Participant

    hello OP

    Il n’y a pas de différence fondamentale de comptabilisation entre un emprunt bancaire et un emprunt obligataire.

    Théoriquement un emprunt bancaire (on dit aussi « intermédié ») est plus cher qu’un emprunt obligataire (« désintermédié », cad que l’emprunteur est financé directement par des investisseurs).

    Dans ce cas, chaque obligataire détient un titre de créance généralement cessible.

    Dans le cadre du crowdfunding, un emprunteur peut obtenir des fonds via un prêt participatif (assimilable à un prêt bancaire), une émission de mini-bons, une émission d’obligations, une émission d’obligations convertibles ou une émission d’actions.

    La forme juridique importe finalement assez peu : mieux vaut regarder les garanties mises en place (lorsqu’elles existent), le rang de la dette (ordre de remboursement en cas de liquidation) en gardant en tête que tu peux perdre tout ton investissement.

     

     

    #34500
    enr
    Participant

    dans le cadre de projets immobiliers, très capitalistiques, un promoteur va financer son programme par un emprunt bancaire. La banque (ou le pool bancaire) va néanmoins lui demander de mettre des fonds propres (et d’autant plus que le programme est risqué). Le promoteur va chercher en crowdfunding un financement lui permettant de constituer ses fonds propres pour mettre le moins possible au pot lui-même et ainsi pouvoir financer d’autres programmes.  Ce programme de crowdfunding sera rémunéré à un taux très élevé (parfois au-delà de 10%) en ligne avec le risque pris : si le programme ne fonctionne pas (non vendu, travaux sous-estimés ….), la dette bancaire sera remboursée en premier puis le prêt en crowdlending (qui est venu alimenter les fonds propres)

    On retrouve aussi ce même principe sur les financements ENR avec les petits développeurs. Les ENGIE ou EDF ne passent par le crowd que pour bénéficier de prix d’achat boostés.

    #34536
    op
    Participant

    Merci de cette explication.

    Si je comprends bien, les banques sont plus enclines à prêter quand elles voient que l’entreprise a déjà des fonds par ailleurs, même si ce sont des fonds empruntés, parce qu’en cas de pépin la banque est remboursée avant les autres.

    Ce que j’ai plus de mal à comprendre, c’est le jeu des garanties. Je vois des campagnes de financement avec des garanties, par exemple une garantie personnelle (c’est assez fréquent chez Immocratie par exemple) : si je comprends bien, ça veut dire que quelqu’un (typiquement le gérant de la société) s’engage à rembourser l’emprunt sur ses propres fonds en cas de catastrophe. Ce qui veut dire, je suppose, qu’il ne peut plus proposer ce genre de garantie à la banque. Sinon ça voudrait dire qu’il possède déjà tout l’argent nécessaire, mais dans ce cas, pourquoi l’emprunter à des taux élevés ?

    #34537
    enr
    Participant

    oui, naturellement les banques vont plus facilement prêter lorsque des fonds propres sont engagés. Ils ne vont pas beaucoup se préoccuper de comment les fonds propres sont apportés puisqu’elles sont prioritaires sur les fonds propres.

    il n’est pas rare dans les projets immobiliers que le promoteur mette à peine 10% des fonds propres, ce qui donne un effet de levier très important : à peine 2 ou 3% des fonds engagés dans la promotion!

    une garantie personnelle engage effectivement le patrimoine de celui qui la donne: il n’est pas rare toutefois que cette garantie soit fournie à différents financements accordés par les banques pour plusieurs programmes.

    encore une fois, un promoteur va chercher à engager ses (vrais) fonds propres sur un maximum de programmes et compléter les fonds propres via du crowd: l’analyse des plateformes est donc primordiale!

    50 € offerts pour 200 € prêtés avec le code AS19
    #34546
    Onihylis
    Participant

    Bonjour, Si quelqu’un qui en sait plus que moi en comptabilité / finance (donc n’importe qui) peut m’aider, je me demande pourquoi une entreprise qui émet un emprunt obligataire compte l’argent obtenu dans ses fonds propres, alors qu’un emprunt bancaire est une dette. Qu’est-ce qui justifie cette différence, en termes aussi simples que possible ? Merci d’avance.

    Concernant la comptabilisation de certains emprunts en fonds propre… Il ne s’agit que de la dette subordonnée / mezzanine / junior, etc… Elle peut être comptabilisée en Fonds Propre pendant x années (mais pas indéfiniment).

    Un bémol par rapport à ce qui est raconté. Tous les emprunts via obligation / crowdlending ne sont pas tous subordonnés à la banque, et ce n’est donc pas forcément considéré comme des fonds propres. C’est pour ça qu’il est très important de savoir où on se situe dans le bilan… Il est également important de savoir si la société peut se réendetter, et à quel niveau (mais l’info est rarement disclosée…).

    Par exemple : Une société avec 100 de capital, 10 d’emprunt bancaire et 90 d’emprunt obligataire senior… Tu te dis que tu as un coussin de 110, ce qui est pas mal ! Puis 3 jours après, le société émet une obligation super senior de 800 pour un tout nouveau super projet… Bon. Bah, tu n’as plus qu’à pleurer. Ou prier. C’est selon…

    Globalement, la dette la plus junior peut être admise en fonds propre (mais ce n’est pas automatique). Niveau risque, il n’y a que le capital de la société qui la protège, et fréquemment, celui-ci est très faible…

    En cas de dette senior, tout le capital ainsi que la dette junior protège la dette senior.

     

    Quelques petites subtilités également quand on est soit disant pari passu avec la banque… La banque prend le term loan A (Amortissable), alors que le crowdlending prend le term loan B (Bullet). Structurellement le crowdlending est subordonné à la banque (du fait du caractère amortissable de sa dette…).

     

    Un petit graph’ assez parlant : (quelques subtilités entre les dettes seniors, et entre les dettes juniors… mais globalement, il faut juste retenir que plus tu es bas dans ce schéma, et plus tu manges les pertes en premier…)

     

     

     

     

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer
Email